jeudi 21 septembre 2017

Des nouveaux horaires pour les enfants


Pour répondre à la forte demande, la YMAA Vincennes propose de nouveaux cours de kung fu a des jeunes adhérents: 

- kung fu "petits tigres" (6 à 8 ans) les mercredi de 15h à 16h et les vendredi de 17h15 à 18h15.

- kung fu " jeunes dragons" (9 à 11 ans) les mercredi de 16h10 à 17h10 et les vendredi 18h15 à 19h15.

- kung fu adolescents (12 à 16 ans) les mercredi de 17h15 à 18h15 et les jeudi de 18h à 19h.

Enfin nouveauté: 


- Kung fu "petits pandas" (baby kung fu - 3 à 5 ans) les jeudi de 17h15 à 17h45.

Plus aucune excuse pour ne pas mettre les enfants sur la voie arts martiaux ! 😁

Tous ces cours ont lieu au Centre Viasama - 62 rue roublot à Fontenay sous bois.




dimanche 17 septembre 2017

Journée des associations saison 2017-2018

Nous étions présents à la journée des associations de VINCENNES

Très bon samedi à la journée des associations de Vincennes. Nous sommes passés entres les gouttes pour la démonstration, avons pu montrer nos disciplines et répondre aux questions des Vincennois intéressés par nos activités.
Encore merci à nos adhérents qui se sont déplacé en nombre, avec leur famille, pour faire vivre le stand partager un très bon moment. On se retrouve au prochain entraînement.







dimanche 3 septembre 2017

Une nouvelle saison commence 2017-2018


Une nouvelle saison commence à la YMAA VINCENNES

 Veuillez noter les dates de début de cours

Début des cours au CFS ( Centre Forme et Santé ) : le Vendredi 08 / 09 /2017

Début des cours au Parc du château : le Mardi 12 / 09 / 2017

Début des cours pour Adultes au centre VIASAMA : le Lundi 04 / 09 /2017

Début des cours pour Enfants / Ados au centre VIASAMA : le Mercredi 13 / 09 /2017

Quelques photos du centre VIASAMA ou se déroulera un grand nombre de cours



Pratiquant(e)s, prêt(e)s, partez!!! 
:-)

lundi 10 juillet 2017

Fin de saison 2016-2017



Le soleil revient et la saison 2016-2017 s'achève. Avec la fin des cours vient le moment du repos et des vacances. Nous voudrions vous remercier de votre implication pour faire vivre l'association au cours de cette saison sportive, que vous soyiez enfants, adolescents, adultes, pratiquants de kung-fu, de taijiquan, de qi-gong, ou parent.
Plusieurs nouveautés sont prévues pour la saison prochaine:
- de nouveaux cours vont être ouverts pour vous permettre de pratiquer tous les jours de la semaine.
- Des nouvelles salles de pratiques: le gymnase du château à Vincennes et une nouvelle salle aux Rigolots (limite Fontenay-sous-Bois / Vincennes).
- Un nouveau professeur en Kung Fu.



Bonnes vacances, bon soleil.



Aurélia, Christian, Gilles, Pierre

lundi 1 mai 2017

Elles aiment, on en parle : Typhaine

 

TYPHAINE



Son parcours

Typhaine a commencé la pratique des arts martiaux en 2015. Elle a toujours été attirée par les sports de combat mais sa vie professionnelle en tant que contrôleur de gestion lui prend beaucoup d’énergie. Elle franchit le cap cette année-là… Dans sa recherche d’un meilleur contrôle, notamment « s’il lui arrivait quelque chose », pensant qu’elle ne saurait alors pas quoi faire, elle souhaite se donner les moyens… Persuadée que les arts martiaux peuvent aussi l’aider dans le contrôle de soi, du corps et des émotions, dans le quotidien, elle essaie alors des cours de boxe, de self-défense et de Kung Fu. Cette dernière discipline, très technique, lui paraissait inaccessible, mais c’est aussi un art qui la fait rêver… La culture asiatique, sa riche histoire, ces arts millénaires, ses philosophies de vie… Au hasard de navigations sur internet, la lecture d’un blog, où un couple de français s’initiait au kung-fu dans un temple en Chine, la galvanise pour se lancer dans la pratique de cet art.


Ce que la pratique du Kung Fu t’apporte ?

- Cela me donne de l’énergie, j’attends le cours, la bonne ambiance, le dépassement de soi, le plaisir de constater chaque progression même petite.

- Physiquement, le cardio s’est renforcé et le corps s’est redessiné, j’ai gagné des abdos, surtout les 1ers mois

- Les valeurs de l’école (persévérance, humilité, patience, respect, etc…) sont très utiles. Ce sont des outils d’aide à la pratique du Kung Fu auxquels je me raccroche souvent pendant les cours, mais je m’y raccroche aussi de plus en plus souvent dans la vie de tous les jours.

- De la sérénité, c’est purement théorique mais le fait de pratiquer un sport de combat me donne l’impression de reprendre le contrôle, j’ai une attitude plus attentive à ce qui m’entoure

Points forts appréciés

La mixité des élèves, en termes d’âge et de niveau, ainsi que la présence de femmes, l’a mise en confiance pour débuter et se projeter dans la pratique. Elle explique « avoir accroché dès le premier cours »…. Elle présente le Kung Fu comme un art complet, qui fait travailler le renforcement musculaire, le cardio, le cerveau et la respiration, et qui fait même voyager à travers la Chine ancestrale qui est évoquée derrière chaque terminologie de technique utilisée.

Pratiquant la course à pied et ayant pratiqué des sports en salle, elle apprécie le côté ludique des cours de Kung Fu de l’école où « l’effort se fait plus facilement » du fait de l’environnement… La course à pied et le Kung Fu lui semblent complémentaires : la course complète le cardio, et le Kung Fu apporte davantage de renforcement musculaire, qui est utile à la course à pied. Elle pratique également la self-défense dans un autre club, car elle ne peut assister aux cours de self défense de l’école, ceux-ci ayant lieu aux mêmes horaires que ceux de taolu (séquence codifiée).

Elle souhaite privilégier l’acquisition de bases solides. Son expérience de quelques cours de combat lui a permis de constater que cela est essentiel pour progresser plus rapidement, l’esprit étant en situation de stress, notamment pour travailler la vivacité d’esprit, la capacité d’attention. Elle a également beaucoup apprécié le cours de l’école liant taolu et combat « réel » à deux, lui ayant permis de pratiquer quelques applications martiales précises en situation de « combat ».

Elle s’interroge sur la pratique du Taichichuan, un art qui l’attire également, car elle peut voir que cela aide pour le Kung Fu et cela se rapproche aussi de la méditation, discipline qu’elle a commencée à pratiquer récemment. Elle reconnait avoir du mal à voir le combat par le Taichichuan à son stade.

Selon elle, le Taichichuan est une partie du Kung Fu et le Kung Fu une partie du Taichichuan… Une phrase exprimant déjà un certain cheminement et son appréhension des arts chinois !

lundi 24 avril 2017

Elles aiment, on en parle : Julie


Julie




Son parcours

Julie a commencé la pratique des arts martiaux en 2015. Avocat, elle étudie différentes pratiques du Kung Fu proposées par notre école le soir, après s’être consacrée à son travail. Intéressée par le fait de retrouver une certaine condition physique, elle a choisi de s’orienter vers un art martial empreint d’une certaine spiritualité en considérant l’épanouissement qui pouvait résulter d’un travail sur l’harmonisation du corps et de l’esprit. Elle a privilégié une école où l’art du bâton est transmis, car elle apprécie le côté esthétique de la pratique de cette arme, et la distance vis-à-vis du partenaire qu’elle implique lors du combat.

3 mots qui synthétiseraient ce que la pratique des arts martiaux t’apporte ?
- La discipline, qualité que les arts martiaux me permettent de renforcer
- La patience, autre qualité que la pratique me permet de développer
- La continuité….
En effet, Julie précise avoir réfléchi à l’intérêt de continuer les arts martiaux alors qu’elle estime ne pas être en mesure d’y consacrer le temps nécessaire pour atteindre un niveau d’excellence et de réussir prochainement les examens de passage de grades. Ceci étant, elle est aujourd’hui convaincue que la pratique martiale ne se limite pas à ces considérations et lui apporte un certain équilibre de vie.

Des points appréciés

Elle apprécie particulièrement le respect des engagements au sein de l’école (elle a pu dès sa première année pratiquer le bâton comme son professeur s’y était engagé lors de leur première rencontre), et la cohésion du groupe entre professeurs/élèves et entre les élèves eux-mêmes (débutants et expérimentés partagent souvent les mêmes cours et elle constate systématiquement l’aide apportée aux nouveaux par les plus anciens). Cette cohésion de groupe génère une bonne motivation d’équipe et permet le plus souvent de créer des liens forts entre élèves. Comme Julie peut le souligner c’est aussi un moteur pour s’entrainer régulièrement et développer sa pratique, en effet il arrive fréquemment que les élèves se rencontrent en dehors de l’école pour travailler leur pratique martiale.
Nous avons abordé le sujet de la femme au sein de la pratique martiale. Si Julie précise qu’une femme a tout à fait sa place dans les arts martiaux et notamment au Kung Fu, elle souligne que dans le cadre de cette pratique, une femme aura des ressentis et réactions différentes de celles des hommes qui ne seront pas nécessairement entendues et/ou comprises par les partenaires ou les professeurs masculins. En effet, en tant que sport de combat, les arts martiaux attirent une population majoritairement masculine et elle a constaté que la pratique martiale est très exigeante pour la gente féminine.
Par ailleurs, elle sait que le statut de femme dans le cadre de combat peut se révéler difficile du fait par exemple de différences physiques notables ou d’une appréhension des coups. Elle explique même qu’une femme peut se sentir agressée lors du travail de combat. Dans ce contexte, la réaction la plus commune est l’arrêt total du combat et le rejet de l’adversaire.

L’attitude du partenaire juste avant le combat est par conséquent très importante - par exemple son regard, ses paroles – et la puissance déployée lors des premiers échanges. En effet, si celle-ci n’est pas adaptée à la condition physique et à l’expérience du partenaire féminin, cela peut contribuer au sentiment d’agression ressenti par la partenaire. La situation de combat peut notamment renvoyer à des expériences personnelles telles que de véritables agressions physiques ou verbales traumatisantes.

Combattre d’abord avec des femmes pourrait en ce sens être intéressant pour développer une première expérience du combat.

La question de la gestion de la douleur semble se poser également. En effet, l’appréhension potentielle de ses propres réactions, que la réception d’un coup pourrait occasionner, semble intéressante à prendre en considération. En effet, elle contribuerait à gérer efficacement une potentielle réaction agressive – physique ou verbale – à l’attaque par un(e) partenaire, pouvant éventuellement blesser le(la) partenaire.